Paris Monument
Paris


LA CITÉ EUROPÉENNE CONTRE LA DROGUE

Un certain nombre de cités européennes prennent maintenant l'initiative de lancer une conférence des g randes villes contre la légalisation de la drogue. Elle devra déboucher sur une résolution permettant même aux villes qui n'ont pas participé à la conférence de soutenir cette lutte.

Cette initiative a pour objectif d'accroître la coopération entre villes. Elle donnera aussi inspiration et espoir aux régions fortement affectées par le problème de la drogue. Les signataires de la résolution sont déterminées àcombattre la dissémination des stupéfiants.

NOUS NOUS RENDONS COMPTE…
… que l'utilisation des drogues illicites constitue un très grave problème dans nombre de villes européennes. Selon un rapport du parlement européen, il peut exister des millions de drogués dans la seule sphère de la CEE.

La revendication pour la légalisation de la drogue doit être placée dans le cadre du malaise social actuel qui, entre autres choses, porte les gens à se décourager. Beaucoup d'entre eux ne voient d'autre issue que d'essayer de gérer cette situation.

Mais, la réponse ne consiste pas à rendre des drogues pernicieuses encore plus accessibles, bon marché et socialement acceptées. Des essais dans ce sens ne se sont pas avérés réussis.

À notre avis, une légalisation aggravera plutôt les problèmes. La légalisation signifie que la société bat en retraite et accepte la drogue.

Les signataires de cette résolution veulent par conséquent exprimer une énergique prise de position contre la proposition de légaliser les drogues.

DES ALTERNATIVES POSITIVES DE PRÉFÉRENCE
Nous autres, de La Cité Europénne Contre La Drogue, voulons défendre nos citadins. Nous voulons créer des villes sécurisantes et attrayantes pour y vivre. Le combat contre la drogue l'amélioration de la qualité de vie se livre par souci du bien-être des individus, des familles et de la société. Le fait que nous n'avons pas réussi à refouler la drogue doit nous porter à accroître nos efforts.

Notre intention est de développer des alternatives positives à la légalisation.

NOTRE POINT DE DÉPART
Nous considérons que le fondement de la démarche des villes er des pays doit être une politique restrictive àl'égard de la drogue basée sur les conventions de l'ONU en la matière: la Convention unique sur les stupéfiants (adoptée en 1961, amendée en 1972), celle sur les substances psychotropes (1971), celle contre le trafic illicite de stupéfiants et de substances psychotropes (1988). La Convention de l'ONU sur les Droits de l'Enfant (1988) stipule que nous "allons entreprendre toutes les mesures appropriées, incluant celles d'ordre légalislatif, administratif, social et pédagogique, pour protéger les enfants de l'utilisation des stupéfiants…" (Article 33)

Nous acceptons la définition des drogues illicites selon les résolutions ci-dessus.

Cette résolution est en ligne avec le Programme International de Contrôle de la Drogue de l'ONU; et des résolutions adoptées à Madrid, Paris, New York, Bogotá et à Buenos Aires.

La lutte contre la drogue est une tâche complexe. Elle exige une interaction entre les mesures de réduction de l'offre et celles de réduction de la demande. Au moyen du dialogue et de la concertation, nous pouvons tirer parti d'expériences différentes et appuyer mutuellement nos efforts.

LES TÂCHES LES PLUS IMPORTANTES
Il est d'une importance particulière de nos jours de mettre l'accent sur les mesures préventives et sur la concertation.

  • La prévention primaire empêche que des gens soient entrainés dans la consommation de la drogue et en soient affectés. Cela réduit aussi la dissémination. L'usage de la drogue se répand souvent par des contacts personnels. Que l'on soit dépendant ou pas, l'ensemble des utilisateurs de drogues constitue un vaste marché. Ce marché génère, à son tour, un accroissement de la production de la drogue. Notre effort principal concernant les drogues doit être de leur donner un traitement adequat et des conseils.

Des raisons tant humanitaires qu'économiques plaident en faveur de mesures préventives. Aucune ville ne possède des ressources inépuisables. Nous devons développer des méthodes qui ne soient pas si coûteuses pour les individus et la société.

  • La concertation est nécessaire, étant donné qu'aucune mesure isolée ne peut résoudre tous les problèmes. Différentes initiatives doivent converger par le biais d'une coopération entre, par exemple, la police et les autorités sociales.
  • En outre, il est important que chaque pays intéressé donne force à sa législation en prenant pour point de départ les conventions internationales en vigueur dans ce domaine.

CEPENDANT
Pour venir à bout du problème de la drogue, nous voulons souligner la nécessité d'un large éventail de mesures de coordination entre autorités, organisations et individus.

Exemples de mesures nécessaires:

  • Renforcement du rôle de la famille dans la résistance à la drogue
  • Mobilisation de la sollicitude de la famille et de son contrôle sur les adolescents
  • Programme de mesures préventives dans les &ecutecoles et les centres de travail, par exemple
  • Développement d'activités anti-drogue pour les jeunes
  • Mise sur pied de programmes locaux d'action et d'information
  • Élaboration de méthodes pour un dépistage précoce et de mesures constructives
  • Réhabilitation des toxicomanes avancés
  • Soutien à la recherche et au suivi

NOUS DÉCLARONS

  • Nous, signataires de cette résolution, repoussons toute revendication de légalisation de la drogue.
  • En lieu et place de légalisation, nous voulons plutôt développer des stratégies positives pour venir à bout de la pénible situation créée par la toxicomanie.
  • À cet effet, nous voulons établir une coopération entre les villes nous permettant de partager les expériences et de développer conjointement nos démarches.
  • Nous attirons l'attention de nos gouvernements sur le résolutions ci-dessus.
  • Nous exigeons que nos gouvernements repectent et appliquent avec d&ecutetermination les conventions et les accords qu'ils ont signés.